Explorez Vient Perturber, Laisse Entrer et plus encore !

Découvrir des thèmes similaires

Adam ayant perdu son travail s'est installé dans une maison du bush sud-africain pour écrire des poèmes. Un jour, Canning qui se dit ancien camarade de classe vient perturber sa solitude. Adam le laisse entrer dans sa vie et entre dans la sienne et celle de sa femme Baby. Baby ne s'appelle pas vraiment Baby ; le projet de Canning de construction d'un golf repose sur mensonges et pots de vin, le voisin d'Adam vit dans le bush sous une fausse identité.

Adam ayant perdu son travail s'est installé dans une maison du bush sud-africain pour écrire des poèmes. Un jour, Canning qui se dit ancien camarade de classe vient perturber sa solitude. Adam le laisse entrer dans sa vie et entre dans la sienne et celle de sa femme Baby. Baby ne s'appelle pas vraiment Baby ; le projet de Canning de construction d'un golf repose sur mensonges et pots de vin, le voisin d'Adam vit dans le bush sous une fausse identité.

Quelle planète pourront produire les lois de l'évolution jointes à celles du hasard ? Un astrophysicien, un paléontologue, un archéologue et un auteur de SF joignent leurs voix pour imaginer une planète plausible mais inventée.

Quelle planète pourront produire les lois de l'évolution jointes à celles du hasard ? Un astrophysicien, un paléontologue, un archéologue et un auteur de SF joignent leurs voix pour imaginer une planète plausible mais inventée.

Dans ces quatre nouvelles, qui auraient pu s'intituler “Doubles vies”, les apparences s'avèrent toujours trompeuses : rêvant de la mère, on rencontre la fille, sans se douter des dangers d'une telle confusion. Sosies et jumeaux, faux “nègre” et vrai Kanak, chacun dissimule, chacun est victime du pouvoir de l'illusion ou du prêt-à-penser. Les personnes dont on parle et à qui l'on parle sont-elles bien réelles ? Ne se trompe-t-on pas d'individu ? Et comment interpréter les faits ?

Dans ces quatre nouvelles, qui auraient pu s'intituler “Doubles vies”, les apparences s'avèrent toujours trompeuses : rêvant de la mère, on rencontre la fille, sans se douter des dangers d'une telle confusion. Sosies et jumeaux, faux “nègre” et vrai Kanak, chacun dissimule, chacun est victime du pouvoir de l'illusion ou du prêt-à-penser. Les personnes dont on parle et à qui l'on parle sont-elles bien réelles ? Ne se trompe-t-on pas d'individu ? Et comment interpréter les faits ?

1459908-gf

Le chardonneret, de Donna Tartt

1459908-gf

Kevin est commercial dans une radio et souvent un peu pris de haut. Pour se venger des prétentieux et du monde intellectuel en général, il se livre à un petit jeu et traîne dans les salons du livre en se faisant passer pour un éditeur. Sa proie : l'auteur de seconde zone en mal de reconnaissance. Il se fait alors passer pour Alexandre Janus-Smith, lecteur dans une maison d'édition, promet des merveilles éditoriales, fait mariner le naïf, avant de disparaître.

Kevin est commercial dans une radio et souvent un peu pris de haut. Pour se venger des prétentieux et du monde intellectuel en général, il se livre à un petit jeu et traîne dans les salons du livre en se faisant passer pour un éditeur. Sa proie : l'auteur de seconde zone en mal de reconnaissance. Il se fait alors passer pour Alexandre Janus-Smith, lecteur dans une maison d'édition, promet des merveilles éditoriales, fait mariner le naïf, avant de disparaître.

« Tout le monde fait des rêves. Quelques-uns s'en souviennent, beaucoup moins les racontent, et très peu les transcrivent. Pourquoi les transcrirait-on, d'ailleurs, puisque l'on sait que l'on ne fera que les trahir (et sans doute se trahira-t-on en même temps ?) Je croyais noter les rêves que je faisais : je me suis rendu compte que, très vite, je ne rêvais déjà plus que pour écrire mes rêves... »

« Tout le monde fait des rêves. Quelques-uns s'en souviennent, beaucoup moins les racontent, et très peu les transcrivent. Pourquoi les transcrirait-on, d'ailleurs, puisque l'on sait que l'on ne fera que les trahir (et sans doute se trahira-t-on en même temps ?) Je croyais noter les rêves que je faisais : je me suis rendu compte que, très vite, je ne rêvais déjà plus que pour écrire mes rêves... »

Du monde clos à l'univers infini | Bibliothèques de Pantin

Du monde clos à l'univers infini | Bibliothèques de Pantin

DUMAS, ALEXANDRE. Mes Mémoires 1802-1833 (Coffret : 2 volumes sous étui)

DUMAS, ALEXANDRE. Mes Mémoires 1802-1833 (Coffret : 2 volumes sous étui)

Réel, rêves, vision, folie : dans Aurélia, Nerval retrace avec une admirable lucidité ses troubles mentaux et l'itinéraire spirituel qu'ils créent. Hanté par l'image d'Aurélia son esprit est envahi par des hallucinations, des images et des songes qui s'épanchent dans la vie réelle. « Le rêve est une seconde vie. Je n'ai pu percer sans frémir ces portes d'ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible ». Peu à peu l'étoffe du réel est doublée par le rêve.

Réel, rêves, vision, folie : dans Aurélia, Nerval retrace avec une admirable lucidité ses troubles mentaux et l'itinéraire spirituel qu'ils créent. Hanté par l'image d'Aurélia son esprit est envahi par des hallucinations, des images et des songes qui s'épanchent dans la vie réelle. « Le rêve est une seconde vie. Je n'ai pu percer sans frémir ces portes d'ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible ». Peu à peu l'étoffe du réel est doublée par le rêve.

Aspects du mythe | Bibliothèques de Pantin

Aspects du mythe | Bibliothèques de Pantin

Pinterest
Rechercher