Explorez Le Romantisme, La Douleur et plus encore !

Découvrir des thèmes similaires

« L’homme est un apprenti, la douleur est son maître, Et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert. » http://www.pef-online.com/poesie/recueil/poesies-nouvelles/348

« L’homme est un apprenti, la douleur est son maître, Et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert. » http://www.pef-online.com/poesie/recueil/poesies-nouvelles/348

« Il rêvait, comme toi, sur une terre libre  Du pouvoir et des lois le sublime équilibre ;  Dans ses bourreaux il avait foi ! Qu'importe ? Il faut mourir, et mourir sans mémoire. » http://www.pef-online.com/poesie/recueil/odes-politiques/258

« Il rêvait, comme toi, sur une terre libre Du pouvoir et des lois le sublime équilibre ; Dans ses bourreaux il avait foi ! Qu'importe ? Il faut mourir, et mourir sans mémoire. » http://www.pef-online.com/poesie/recueil/odes-politiques/258

« Qu'est-ce donc que mourir ? Briser ce nœud infâme,  Cet adultère hymen de la terre avec l'âme,  D'un vil poids, à la tombe, enfin se décharger.  Mourir n'est pas mourir ; mes amis, c'est changer ! » http://www.pef-online.com/poesie/recueil/la-mort-de-socrate/254

« Qu'est-ce donc que mourir ? Briser ce nœud infâme, Cet adultère hymen de la terre avec l'âme, D'un vil poids, à la tombe, enfin se décharger. Mourir n'est pas mourir ; mes amis, c'est changer ! » http://www.pef-online.com/poesie/recueil/la-mort-de-socrate/254

Date de première parution : 1872 - 1875« J'ai tendu des cordes de clocher à clocher

Date de première parution : 1872 - 1875« J'ai tendu des cordes de clocher à clocher

« Les écussons royaux aux piliers suspendus,  Flottant par intervalle au souffle de la brise,  Font de soixante rois ondoyer la devise. » http://www.pef-online.com/poesie/recueil/le-chant-du-sacre/255

« Les écussons royaux aux piliers suspendus, Flottant par intervalle au souffle de la brise, Font de soixante rois ondoyer la devise. » http://www.pef-online.com/poesie/recueil/le-chant-du-sacre/255

« Le diable existe... On le voit partout comme je vous vois. C'est pour lui épiler mieux la barbe que les miroirs de poche ont été inventés. » http://www.pef-online.com/poesie/recueil/gaspard-de-la-nuit/326

« Le diable existe... On le voit partout comme je vous vois. C'est pour lui épiler mieux la barbe que les miroirs de poche ont été inventés. » http://www.pef-online.com/poesie/recueil/gaspard-de-la-nuit/326

Date de première parution : 1896« L'amour est infatigable !Il est ardent comme un diable,Comme un ange il est aimable.L'amant est impitoyable. »Paul Verlaine

Date de première parution : 1896« L'amour est infatigable !Il est ardent comme un diable,Comme un ange il est aimable.L'amant est impitoyable. »Paul Verlaine

« Un poème? - Merci, mais j'ai lavé ma lyre. Un livre? - Un livre, encor, est une chose à lire! Des papiers? - Non, non, Dieu merci, c'est cousu! Album? - Ce n'est pas blanc, et c'est trop décousu. » http://www.pef-online.com/poesie/recueil/les-amours-jaunes/297

« Un poème? - Merci, mais j'ai lavé ma lyre. Un livre? - Un livre, encor, est une chose à lire! Des papiers? - Non, non, Dieu merci, c'est cousu! Album? - Ce n'est pas blanc, et c'est trop décousu. » http://www.pef-online.com/poesie/recueil/les-amours-jaunes/297

Date de première parution : 1891« Ton rire éclaire mon vieux cœurComme une lanterne une caveOù mûrirait tel cru vainqueur :Aï, Beaune, Sauterne, Grave. »Paul Verlaine

Date de première parution : 1891« Ton rire éclaire mon vieux cœurComme une lanterne une caveOù mûrirait tel cru vainqueur :Aï, Beaune, Sauterne, Grave. »Paul Verlaine

Victor Hugo avec ses petits enfants: Georges et Jeanne

Victor Hugo avec ses petits enfants: Georges et Jeanne

Pinterest
Rechercher