Explorez Plantes Sauvages, Cuisine Sauvage et plus encore !

Découvrir des thèmes similaires

cuisine sauvage: aubépine, châtaignes, noix, œuf, sucre, miel, farine, beurre

cuisine sauvage: aubépine, châtaignes, noix, œuf, sucre, miel, farine, beurre

cuisine sauvage: cookies d'automne

cuisine sauvage: cookies d'automne

Recette bio : biscuit au pissenlit; idée : mélanger blanc d'œuf et fleurs de pissenlit pour faire une galette décorative

Recette bio : biscuit au pissenlit

Recette bio : biscuit au pissenlit; idée : mélanger blanc d'œuf et fleurs de pissenlit pour faire une galette décorative

cuisine sauvage: lierre terrestre

cuisine sauvage: lierre terrestre

Alessandra Zecchini: Lentil and flowers Ravioli with Fennel Butter

Alessandra Zecchini: Lentil and flowers Ravioli with Fennel Butter

cuisine sauvage: tuiles de consoude

cuisine sauvage: tuiles de consoude

cuisine sauvage: aubépine

cuisine sauvage: aubépine

cuisine sauvage: lierre terrestre

cuisine sauvage: lierre terrestre

Pain à l'alisier des oiseleurs ((Sorbus aucuparia L.): 300 gr de pulpe d'alisier, 30 cl d'eau, pour diluer la levure, 4 gr de levure de boulanger sèche, 1 cc de sel, 2 c c de sucre, 10 gr d'huile d'olive, romarin. Parfum d'amande, note de pain d'épice.

Pain à l'alisier des oiseleurs ((Sorbus aucuparia L.): 300 gr de pulpe d'alisier, 30 cl d'eau, pour diluer la levure, 4 gr de levure de boulanger sèche, 1 cc de sel, 2 c c de sucre, 10 gr d'huile d'olive, romarin. Parfum d'amande, note de pain d'épice.

Beaucoup de plantes sauvages, orties, ail d’ours ou encore asperges sauvages, se prêtent à merveille à la cueillette gourmande. Pas besoin d’être un expert en botanique, il s’agit plutôt d’une relation d’homme à la nature. Connaître, cueillir et déguster la cuisine sauvage, est un patrimoine culinaire oublié, qui sans doute prendra de plus en plus de valeur dans les années à venir, où le retour aux sources est une valeur essentielle.

Beaucoup de plantes sauvages, orties, ail d’ours ou encore asperges sauvages, se prêtent à merveille à la cueillette gourmande. Pas besoin d’être un expert en botanique, il s’agit plutôt d’une relation d’homme à la nature. Connaître, cueillir et déguster la cuisine sauvage, est un patrimoine culinaire oublié, qui sans doute prendra de plus en plus de valeur dans les années à venir, où le retour aux sources est une valeur essentielle.

Pinterest
Rechercher