Pinterest • Le catalogue d'idées

verneuil-sur-avre, l'abbaye S-tNicolas. - 12) A partir de 1805, l'abbesse accueille 31 moniales venues d'autres congrégations et chassées de leur couvent. Mme du Perron meurt en 1813 sans avoir eu la consolation de réintégrer son Abbaye. L'évêque nomme soeur Louise Françoise Anne Lamy. A cette époque, les moniales sont donc une congrégation enseignante avec 2 pensionnats, et une congrégation de charité donnant des soins gratuits à l'hôpital situé dans l'Abbaye.

Andrew Windyboy Interview (français) - Pensionnats Indiens

1

Le premier ministre Stephen Harper présente des excuses officielles pour les abus commis dans les pensionnats autochtones (2008)

à partir de Le Monde.fr

Les excuses de Trudeau pour les pensionnats autochtones, « chapitre sombre » de l’histoire du Canada

Les excuses de Trudeau pour les pensionnats autochtones, « chapitre sombre » de l’histoire du Canada

à partir de Cotemaison.fr

Maison à Londres avec jardin

La salle de bains zen mise sur le blanc... Plus de photos sur Côté Maison http://petitlien.fr/82ly

France, 1939. Dans le village de Carriveau dans la Loire, Vianne Mauriac fait ses adieux à son mari qui part au front et se retrouve seule avec sa fille. Elle ne peut imaginer que les nazis vont envahir le pays. Pourtant, lorsqu'un capitaine allemand réquisitionne sa maison, elle est forcée d'accueillir un officier sous son toit. Et fait le choix de protéger sa fille avant la liberté de son pays. Sa sour Isabelle, 18 ans, a passé son enfance dans des pensionnats depuis la mort de leur…

à partir de Le Monde.fr

Les excuses de Trudeau pour les pensionnats autochtones, « chapitre sombre » de l’histoire du Canada

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a solennellement demandé pardon, mardi 15 décembre 2015, aux autochtones du pays au nom de l’État fédéral, qui a envoyé de force pendant des décennies des dizaines de milliers d’entre eux dans des pensionnats, où ils ont été victimes de sévices.

« J'ai un siècle. Mais mon esprit me ramène sans cesse à l'année de mes seize ans, lorsque j'ai découvert l'amour. J'avais déjà été renvoyé de deux pensionnats avant d'atterrir à Saint-Oswald, le pire endroit que j'avais pu voir jusque là..."