Edvard Munch - Le Cri (1893) « Je me promenais sur un sentier avec deux amis — le soleil se couchait — tout d'un coup le ciel devint rouge sang je m'arrêtai, fatigué, et m'appuyai sur une clôture — il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir de la ville — mes amis continuèrent, et j'y restai, tremblant d'anxiété — je sentais un cri infini qui se passait à travers l'univers et qui déchirait la nature. » dans son journal le 22 juillet 1892

Les 5 versions de "Le Cri" d'Edvard Munch

Edvard Munch - Le Cri (1893) « Je me promenais sur un sentier avec deux amis — le soleil se couchait — tout d'un coup le ciel devint rouge sang je m'arrêtai, fatigué, et m'appuyai sur une clôture — il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir de la ville — mes amis continuèrent, et j'y restai, tremblant d'anxiété — je sentais un cri infini qui se passait à travers l'univers et qui déchirait la nature. » dans son journal le 22 juillet 1892

Retour de première séance: Musette Souricette

Retour de première séance: Musette Souricette

Le cri de douleur infinie de la vieille voiture oubliée !                                                                                                                                                                                 Plus

Le cri de douleur infinie de la vieille voiture oubliée ! Plus

Edvard Munch - Skrik (Le Cri), 1893. Représentation de l'explosion du Krakatoa (Indonésie), survenu 10 ans plus tôt?

Edvard Munch - Skrik (Le Cri), 1893. Représentation de l'explosion du Krakatoa (Indonésie), survenu 10 ans plus tôt?

lithographie,1895 à Berlin

Les 5 versions de "Le Cri" d'Edvard Munch

lithographie,1895 à Berlin

Le tableau <i>La Madone</i> de Munch (photo) avait été dérobé dix ans avant le vol de l'un des exemplaires du fameux <i>Cri</i>.   		(Photo: AFP)

Le tableau <i>La Madone</i> de Munch (photo) avait été dérobé dix ans avant le vol de l'un des exemplaires du fameux <i>Cri</i>. (Photo: AFP)

Les 5 versions de "Le Cri" d'Edvard Munch

Les 5 versions de "Le Cri" d'Edvard Munch

Edvard Munch,Le Cri,Les 5

Le produit préféré des maîtresses de maison est sans aucun doute le bicarbonate de soude. Aujourd’hui, nous allons une fois de plus prouver que cette poudre incroyable peut encore receler des bienfaits pour vous! L’excellent bicarbonate de soude est extraordinaire pour nettoyer votre maison, pour la cuisine, ainsi que pour votre corps et vos soins …

Appliquez ce masque au bicarbonate de soude et au citron sur votre visage et quelque chose d'incroyable va se passer... Je l'essaye

Le produit préféré des maîtresses de maison est sans aucun doute le bicarbonate de soude. Aujourd’hui, nous allons une fois de plus prouver que cette poudre incroyable peut encore receler des bienfaits pour vous! L’excellent bicarbonate de soude est extraordinaire pour nettoyer votre maison, pour la cuisine, ainsi que pour votre corps et vos soins …

Cette version du tableau Le Cri est probablement la première version peinte par Edvard Munch en 1893 et la plus connue, elle a été réalisée avec de la tempera sur du carton, elle est visible à la National Gallery d’Oslo. Celle ci fut peinte en 1895 au pastel sur du carton, c’est la plus colorée …

Les 5 versions de "Le Cri" d'Edvard Munch

Cette version du tableau Le Cri est probablement la première version peinte par Edvard Munch en 1893 et la plus connue, elle a été réalisée avec de la tempera sur du carton, elle est visible à la National Gallery d’Oslo. Celle ci fut peinte en 1895 au pastel sur du carton, c’est la plus colorée …

Edvard Munch - Le Cri (1893) « Je me promenais sur un sentier avec deux amis — le soleil se couchait — tout d'un coup le ciel devint rouge sang je m'arrêtai, fatigué, et m'appuyai sur une clôture — il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir de la ville — mes amis continuèrent, et j'y restai, tremblant d'anxiété — je sentais un cri infini qui se passait à travers l'univers et qui déchirait la nature. » dans son journal le 22 juillet 1892

Les 5 versions de "Le Cri" d'Edvard Munch

Edvard Munch - Le Cri (1893) « Je me promenais sur un sentier avec deux amis — le soleil se couchait — tout d'un coup le ciel devint rouge sang je m'arrêtai, fatigué, et m'appuyai sur une clôture — il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir de la ville — mes amis continuèrent, et j'y restai, tremblant d'anxiété — je sentais un cri infini qui se passait à travers l'univers et qui déchirait la nature. » dans son journal le 22 juillet 1892

Pinterest
Rechercher